Eglise Catholique du Var - diocese-frejus-toulon.com

"Que Dieu lui-même achève en vous
ce qu’il a commencé"

(Rituel de l’ordination)

FR | EN | PT |
Newsletter de l'église du var




Auteur d’une Liturgie des Enfants


devenir prêtre faire un don nouveaux articles la foi pour les nuls
Accueil du site > Catéchèse > Liturgie pour enfants - partage d’Evangile > Vingt neuvième dimanche ordinaire, année A

Vingt neuvième dimanche ordinaire, année A

  Publié le dimanche 19 octobre 2014 , par Chantal de la Motte

Fiche de liturgie pour le dimanche 19 octobre 2014








Accueil
Chaque enfant peut dire son prénom pour se présenter et pour se mettre en présence de Dieu. Jésus est là avec les enfants, comme avec leurs parents qui sont dans l’église. Nous écoutons la même Parole de Dieu que les parents, et que tous les catholiques du monde entier aujourd’hui. Il est conseillé de lire l’Evangile dans un missel ou un lectionnaire plutôt que sur une feuille volante.

Acclamation de l’Evangile
Alléluia !

Evangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (22, 15-21)
Les pharisiens se concertèrent pour voir comment prendre en faute Jésus en le faisant parler. Ils lui envoient leurs disciples, accompagnés des partisans d’Hérode : « maître, lui disent-ils, nous le savons : tu es toujours vrai et tu enseignes le vrai chemin de Dieu ; tu ne te laisses influencer par personne, car tu ne fais pas de différence entre les gens. Donne-nous ton avis. Est-il permis, oui ou non, de payer l’impôt à l’empereur ? » Mais Jésus, connaissant leur perversité riposta : « Hypocrites ! Pourquoi voulez-vous me mettre dans l’embarras ? Montrez-moi la monnaie de l’impôt. » Ils lui présentèrent une pièce d’argent. Il leur dit : « Cette effigie et cette légende, de qui sont-elles ? De l’empereur César », répondirent-ils. Alors il leur dit : « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. »

Pistes de réflexion
« Les pharisiens se concertèrent pour voir comment prendre en faute Jésus en le faisant parler » Depuis quelques temps, les pharisiens cherchent un prétexte pour faire arrêter Jésus. Ils commencent par flatter Jésus tout comme le renard flatte le corbeau dans la fable de La Fontaine, mais c’est pour lui tendre un piège.
« Hypocrites ! Pourquoi voulez-vous me mettre dans l’embarras ? » Jésus comprend très bien l’état d’esprit des pharisiens. Ils sont hypocrites pour deux raisons :
Primo parce que cette question, ils l’ont déjà résolue car tous payent l’impôt à l’empereur, sinon ils seraient en prison.
Secondo, parce qu’ils veulent coincer Jésus : s’il répond « non » à la question, les pharisiens peuvent le dénoncer comme un révolutionnaire, et s’il répond « oui » à la question, et ils vont l’accuser de collaborer avec l’occupant romain, et donc il ne peut pas se prétendre le messie qui est pour eux le roi d’Israël.
« Rendez donc à César ce qui est à César… » Jésus ne se laisse pas prendre au piège. Notons que l’empereur romain s’appelait à l’époque « Tibère » mais « César » était devenu un titre. Jésus reconnaît ici une réalité et accepte cette situation, qui implique de donner l’impôt à l’empereur qui est au pouvoir. En revanche, si l’empereur demande qu’on l’appelle « Seigneur » et qu’on lui rende un culte, il incite à l’idolâtrie qui est condamnée par Jésus.
« ... et à Dieu ce qui est à Dieu » Finalement c’est peut-être là le plus important. Rendre à Dieu ce qui est à Dieu, c’est reconnaître tout ce qui est un don de Dieu, la création, la nature, les autres, moi-même, et Jésus aussi qui est pleinement à Dieu. Jésus dans cette réponse interroge les pharisiens : est-ce que vous me reconnaissez comme venant de Dieu ? Est-ce que vous savez dire merci à Dieu ? La question de l’impôt est bien dérisoire devant la réponse de Jésus, qui nous porte vers les réalités essentielles.

La Parole de Jésus nous éclaire pour replacer dans notre vie chaque chose à sa place, les soucis qui relèvent de « César », et ceux qui concernent notre rapport à Dieu.

Source : « L’intelligence des Ecritures », MN Thabut, ed. Soceval

Activité
Coloriage du dessin.

« Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. »
Matthieu 22, 21











 
Contacts | Mentions légales | Plan du site | Contributeurs | Espace privé | RSS | cef.fr | messesinfo.cef.fr | rcf.fr | webTvCn.eu | domaine-castille.fr | bonnenouvelle.fr

Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://www.diocese-frejus-toulon.com/Vingt-neuvieme-dimanche-ordinaire,3555.html